Prévention et contrôle des infections (PCI) par la COVID‑19 dans les établissements de soins de longue durée dans deux pays de l’OCDE, les Pays-Bas et le Danemark : Meilleures pratiques, mise en œuvre, conformité

Question: Dans les pays membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) ayant mis en œuvre les meilleures pratiques/normes en matière de la prévention et du contrôle des infections par la COVID‑19 dans les ÉSLD :  

  1. Quelles sont les 3 à 5 meilleures pratiques en matière de PCI ?
  1. Comment ces meilleures pratiques en matière de PCI ont-elles été mises en œuvre (c’est-à-dire quels soutiens / outils / méthodes ont été utilisés pour encourager leur adoption) ?
  1. Quelles mesures ont été mises en place pour assurer la conformité aux mesures de PCI au fil du temps afin de répondre aux attentes en matière de performance (c’est-à-dire quelles mesures / systèmes / processus ont permis d’accroître l’adhésion aux meilleures pratiques/normes)?

Résumé exécutif 

Cette note d’enjeux résume notre compréhension des « meilleures pratiques » en matière de prévention et de contrôle des infections (PCI) par la COVID‑19 dans les établissements de soins de longue durée (ÉSLD) dans deux pays de l’OCDE reconnus comme étant très performants dans ce domaine : les Pays-Bas et le Danemark.

Notre analyse nous a conduits à une définition inclusive des mesures de PCI. Nous avons pris en compte les politiques, les procédures et les pratiques du système de santé, du système social et du système de soins de longue durée qui ont un impact sur la prévention des infections dans les ÉSLD (et pas seulement les pratiques PCI généralement considérées par la discipline clinique/médicale du contrôle des maladies infectieuses). En ce sens, nous avons considéré le PCI davantage comme un concept que comme un ensemble particulier de pratiques cliniques prédéfinies. Nous décrivons comment ces « meilleures pratiques » systémiques en matière de PCI ont été mises en œuvre en premier lieu (c’est-à-dire les soutiens, les outils, les politiques ayant permis leur adoption) et comment la conformité continue au fil du temps a été rendue possible. Dans notre analyse, les points à considérer pour le Canada s’inspirent à la fois de la littérature publiée et de nos consultations auprès d’experts.

La principale leçon à tirer des Pays-Bas et du Danemark est que nous récoltons ce que nous semons. En d’autres termes, les systèmes sont parfaitement conçus pour obtenir les résultats qu’ils obtiennent. L’investissement dans la conception (et la refonte) des systèmes de santé, de services sociaux et de soins de longue durée est crucial, car les conséquences futures, telles que les pandémies, en dépendent inévitablement. 

Au moment où la pandémie de COVID‑19 s’est déclarée, les Pays-Bas et le Danemark disposaient déjà de systèmes de soins de santé et de services sociaux solides, dans lesquels les soins de longue durée (SLD) étaient bien intégrés. Leurs systèmes de soins de longue durée respectifs étaient relativement bien dotés en ressources grâce à des investissements publics de longue date, rendus possibles par des cultures qui non seulement valorisent les personnes âgées, mais ont également choisi d’investir les fonds publics dans leur bien-être. En d’autres termes, les Pays-Bas et le Danemark sont des États-providence universels dotés d’une forte capacité étatique et d’un degré élevé de confiance politique, deux facteurs systémiques et culturels qui ont permis la mise en œuvre de politiques tant avant que pendant la pandémie.

Les mesures traditionnelles de PCI telles qu’envisagées par la discipline clinique/médicale du contrôle des maladies infectieuses reposent sur les fondations solides des systèmes de santé, sociaux et de soins de longue durée solidement conçus et intégrés que l’on trouve aux Pays-Bas et au Danemark : on peut mentionner à ce égard un programme de PCI intégré, un ratio approprié de personnel de PCI, la surveillance, l’utilisation de pratiques de routine et de précautions supplémentaires, le retraitement établi, le nettoyage de l’environnement, le programme d’hygiène des mains, les normes d’infrastructure, un soutien microbiologique efficace pour accéder aux tests dans des délais appropriés, et un système de chauffage, ventilation et climatisation (CVC) efficace. Ainsi, les « meilleures pratiques » en matière de PCI dans ces deux pays sont en fait des caractéristiques clés intégrées à la conception de leurs systèmes de soins de santé, de services sociaux et de soins de longue durée préexistants, plutôt que des « solutions ponctuelles » utilisées uniquement pendant la pandémie. Selon notre analyse, ces caractéristiques clés du système constituent en fait la « meilleure pratique » en matière de PCI dans ces pays.

Tout au long de ce rapport, nous décrivons les principales caractéristiques des systèmes de santé, sociaux et de soins de longue durée (qui sous-tendent les mesures plus traditionnelles de PCI) qui ont permis au Danemark et aux Pays-Bas d’atteindre des taux d’infection par la COVID‑19 relativement faibles dans leurs établissements de SLD.  

Résumé des « meilleures pratiques » en matière de PCI aux Pays-Bas (voir le profil du pays ci-dessous pour de plus amples informations) : 

  • Confinement « intelligent » des visiteurs
  • Investissement du gouvernement dans la communication publique fondée sur la science comportementale
  • Système d’ÉSLD bien financé
  • Personnel d’ÉSLD relativement bien rémunéré
  • « Cohorte de soins infirmiers » et « cohorte d’infirmières »
  • Attribution centralisée des équipements de protection individuelle (ÉPI) via un nouveau consortium national unique.

Résumé des « meilleures pratiques » en matière de PCI au Danemark (voir le profil du pays ci-dessous pour de plus amples informations) : 

  • Attention politique et large soutien public accordés au secteur des ÉSLD
  • Soins à domicile désinstitutionnalisés pour les personnes âgées
  • Des « domiciles » individuels (c’est-à-dire des chambres individuelles) avec des espaces de vie semblables à ceux d’un foyer dans toutes les maisons de soins modernes
  • Professionnalisation du secteur des SLD et conditions de travail décentes
  • Systèmes de santé, sociaux et de soins de longue durée hautement intégrés
  • Taux élevés de vaccination contre la COVID‑19 parmi le personnel et les résidents des maisons de soins infirmiers et de revaccination (c’est-à-dire rappels et troisième dose), sans obligation de vaccination en raison d’une forte volonté commune
  • Indemnités de maladie pour le personnel des SLD et les professionnels de la santé
  • Adaptation locale des politiques relatives aux visiteurs

Limites

Ce rapport comporte plusieurs limites, principalement en raison des délais rapides de sa production :

  • Il existe peu d’études publiées et il n’existe aucun examen des « meilleures pratiques » ou des aides à l’adoption ou des stratégies visant à favoriser l’adhésion au fil du temps.
  • Nous avons recueilli des données probantes et perspectives du « monde réel » auprès d’informateurs clés sélectionnés, qui peuvent ne pas représenter tous les points de vue et expériences.
  • Published: octobre 14, 2021

Avec un financement du Gouvernement du Canada

Please complete this short survey to help us understand our impact. Thank you!

Donnez votre avis