Considérations clés pour l’introduction et la levée des mesures de santé publique dans les écoles maternelles, primaires, secondaires et postsecondaires

Question: Pour l’année scolaire 2021-2022, quelles considérations clés faut-il prendre en compte en vue de déterminer les mesures de santé publique soit à conserver (p. ex. le masquage) soit à introduire (p. ex. l’autodiagnostic régulier) dans les écoles maternelles, primaires, secondaires et postsecondaires ?

Résumé exécutif

L’année scolaire 2021-2022 a déjà commencé. Elle a donné lieu à une importante couverture médiatique ainsi que des discussions concernant le bon fonctionnement des écoles. Les taux de vaccination et l’émergence de nouveaux variants préoccupants et plus contagieux, notamment le variant Delta, ont façonné l’évolution de la pandémie de COVID‑19 au Canada.

Voici un ensemble de considérations clés, pertinentes pour l’année scolaire 2021-2022 et la situation pandémique actuelle au Canada, qui permettront de déterminer les mesures de santé publique appropriées pour les écoles maternelles, primaires, secondaires et postsecondaires à travers le Canada, sur la base des recommandations des principaux documents d’orientation, des séances d’information ainsi que des avis d’experts.

Premièrement, sur la base des preuves scientifiques recueillies tout au long de la pandémie, la fermeture des écoles devrait être une mesure de santé publique exceptionnelle, invoquée uniquement dans des circonstances « catastrophiques », car elle a de vastes répercussions sur l’apprentissage et le développement des élèves des écoles maternelles, primaires et secondaires ainsi que des étudiants postsecondaires.

Deuxièmement, il existe trois paramètres clés à prendre en compte lors de la levée ou de l’introduction de mesures de santé publique dans les écoles :

  1. Les taux de vaccination locaux dans la communauté où se trouve l’école ;
  2. Les paramètres de la gravité de la maladie, y compris les décès, les hospitalisations, l’occupation des lits d’hôpitaux et les capacités des unités de soins intensifs dues à la COVID‑19 ; et
  3. La transmission du SRAS-CoV-2 dans les écoles et dans la communauté où se trouve l’école.

Troisièmement, les vaccins constituent la mesure de santé publique la plus efficace pour enrayer les cas graves de COVID‑19 : la priorité devrait être accordée à l’encouragement et à la promotion de la vaccination pour toutes les personnes admissibles dans les écoles. L’administration des vaccins devrait réduire les obstacles à l’accès aux vaccins (par exemple, en créant des centres de vaccination ou des unités mobiles près des écoles). La mise en œuvre de politiques de vaccination obligatoire parmi les enseignants, le personnel et les étudiants éligibles peut également être considérée comme un moyen efficace visant à encourager la vaccination et de réduire la transmission du SRAS-CoV-2 / les conséquences graves liées à la COVID-19, bien que des preuves émergentes laissent entendre que certaines transmissions peuvent encore se produire parmi les personnes vaccinées, quoiqu’à une échelle réduite. Afin de mettre en œuvre le test antigénique rapide (ou de l’autodiagnostic) et d’établir sa fréquence, il faut prendre en compte la prévalence du SRAS-CoV-2 dans la communauté scolaire, le statut de l’épidémie dans l’école et la présence de variants préoccupants (p. ex. le variant Delta). Les tests antigéniques rapides peuvent être efficaces à deux conditions : lorsqu’ils sont associés à d’autres mesures essentielles de santé publique, notamment la vaccination et la prise en charge des cas, et lorsque ces tests rapides ne sont pas déployés prioritairement à celles-ci. Dans les contextes de flambée épidémique, les autotests sont des outils efficaces permettant de dépister les personnes asymptomatiques et celles qui ne sont pas vaccinées, car les autotests sont plus sensibles dans les contextes à haut risque de la COVID-19. Bien que les autotests ne soient pas aussi sensibles qu’un test de diagnostic par PCR, une récente synthèse des données probantes des tests rapides ou des autotests laisse entendre qu’ils peuvent servir à identifier avec succès la plupart des infections par la COVID‑19 chez les enfants dont les niveaux de charge virale sont susceptibles d’être infectieux, notamment au cours des premiers jours de la maladie. Les tests rapides en série peuvent aider à compenser la sensibilité limitée lors d’infections précoces. Des stratégies de test par rapport au jeu peuvent être envisagées pour les élèves pratiquant des sports de contact étroit et des activités athlétiques extrascolaires.

Lacunes dans les connaissances et recherches futures

Nous avons identifié plusieurs lacunes dans les connaissances et des recommandations pour les recherches futures. En particulier :

  • Les recherches futures devraient évaluer l’incidence des variants préoccupants sur la transmission du SRAS-CoV-2 sur les campus postsecondaires, ainsi que leur incidence sur l’efficacité des stratégies de prévention et de contrôle des infections.
  • Au fur et à mesure que les gens seront complètement vaccinés, d’autres recherches seront nécessaires pour déterminer les seuils et les conséquences de toute proposition de réduction ou d’assouplissement des mesures de santé publique pour des populations ou des communautés particulières afin de minimiser la propagation future.(3) Cependant, comme de nouveaux variants apparaissent au cours de la pandémie, il est probable que des mesures de santé publique continues en plus des vaccins seront nécessaires dans un avenir prévisible jusqu’à ce qu’une proportion importante de la population mondiale soit complètement vaccinée.
  • Les recherches futures devraient étudier l’impact des fermetures d’écoles sur les étudiants de l’enseignement supérieur en termes de carrière et d’apprentissage universitaire.
  • Les recherches futures devraient « investir dans des études de suivi exhaustives basées sur la population » afin de comprendre avec précision l’impact des fermetures d’écoles sur les enfants et les jeunes.
  • Les recherches futures devraient étudier la performance des tests antigéniques rapides dans la détection des infections par le variant Delta.
  • Enfin, la recherche devrait également étudier l’impact du déploiement des tests rapides sur le reste des épidémies et des infections dans les écoles primaires, secondaires et postsecondaires.

Limites

TCette note d’enjeux comporte plusieurs limites :

  • Nous n’avons pas évalué formellement la qualité des preuves ni évalué les lignes directrices.
  • Compte tenu de l’état des données, certaines informations et considérations clés relèvent de l’opinion d’experts et non de données probantes.
  • Seules des ressources en langue anglaise ont été consultées.
  • Compte tenu de la rapidité avec laquelle ce rapport a été rédigé, certaines informations pertinentes peuvent avoir été omises.
  • Published: octobre 13, 2021

Avec un financement du Gouvernement du Canada

Please complete this short survey to help us understand our impact. Thank you!

Donnez votre avis